Vienne, Bratislava, Budapest … Une croisière sur le Danube est le voyage rêvé pour les âmes romantiques, les amoureux de l’histoire et tous ceux qui veulent savourer le temps qui passe. En suivre lentement le cours est la meilleure façon de découvrir ses multiples facettes et le riche patrimoine culturel des villes qu’il baigne. Embarquons sans tarder sur le MS Beethoven.

Le MS Beethoven au mouillage au pied de la basilique d’Esztergom.

Le MS Beethoven au mouillage au pied de la basilique d’Esztergom.

« Danube bleu
Si, comme un dieu,
On t’a chanté,
Cœur exalté,
C’est que tes flots,
Rires ou sanglots,
Portent la vie et l’amour
Tout le long de ton parcours! »
Danube … La simple évocation de son nom suffit à s’imaginer virevolter dans une valse de Strauss. Nous sommes à Vienne, capitale autrichienne. Yaroslav, commissaire de bord du MS Beethoven , l’un des superbes paquebots de la compagnie CroisiEurope, accueille ses passagers. Maîtrisant plusieurs langues parfaitement, Yaroslav a un petit mot gentil pour chacun en remettant les clés/cartes des cabines. Puis, nous nous retrouvons dans la salle à manger pour le cocktail de bienvenue et la présentation de l’équipage. Les repas sont servis à table et s’inspirent des spécialités des pays traversés. Sur la table joliment dressée, le menu indique les divers plats proposés. Le temps d’un agréable dîner où chacun fait connaissance, le navire est prêt à larguer les amarres pour remonter le cours du fleuve, direction Melk où nous nous réveillons sous un soleil léger, après une navigation de nuit.

Vue sur la vieille ville de Melk.

Vue sur la vieille ville de Melk.

Melk, joyau de la Wachau
L’abbaye de Melk est sans doute le lieu le plus connu et le plus visité de toute la vallée. Elle a d’ailleurs inspiré Umberto Eco pour son livre Le Nom de la rose (l’un des héros se nomme Adso de Melk).

En pénétrant dans l’enceinte de l’abbaye de Melk, on est frappé par la beauté de sa façade.

En pénétrant dans l’enceinte de l’abbaye de Melk, on est frappé par la beauté de sa façade.

Considéré comme un chef-d’œuvre de l’architecture baroque autrichienne, ce vaisseau de pierre se dresse fièrement sur un éperon rocheux au bord du fleuve. Petite fortification construite par les Romains, château sous la dynastie des Babenberg, Léopold II fait de son château fort une abbaye bénédictine en 1089. Depuis cette date, les moines y maintiennent vive la mémoire de Saint Coloman, fils du roi d’Irlande qui souffrit le martyre en 1012 parce qu’il fut soupçonné d’espionnage en raison de sa langue et de ses vêtements qui le désignaient comme étranger. Ses ossements sont conservés dans l’abbatiale. Au fil du temps, les miracles du Saint vont faire la renommée du lieu. Considérée comme l’un des centres spirituels et culturels les plus rayonnants d’Autriche, l’abbaye de Melk fut le témoin d’une histoire mouvementée – Réforme et Contre Réforme – dont elle ne ressortit pas indemne. Reconstruite au début du XVIIIe siècle, l’abbaye incarne l’un des plus beaux édifices du baroque autrichien à son apogée. La magnificence des façades nous ferait presque oublier qu’on se trouve dans un lieu dédié à la prière.

Escalier en colimaçon de l’abbaye de Melk, joyau de l’art baroque.

Escalier en colimaçon de l’abbaye de Melk, joyau de l’art baroque.

Que ce soit par la richesse des décors, ou par la profusion des ornementations, même le visiteur le plus difficile ne pourra s’empêcher d’être fasciné par le grandiose qui s’offre à ses yeux, que ce soit dans l’abbatiale, les appartements impériaux (où Napoléon résida à deux reprises durant ses campagnes), la fastueuse salle de marbre, ou les escaliers notamment celui en colimaçon qui relie la bibliothèque à l’église.

La bibliothèque, est considérée comme l’une des plus somptueuses au monde. Sans oublier la terrasse qui offre une vue superbe sur la vallée.

Bibliothèque baroque de l’abbaye de Melk.

Bibliothèque baroque de l’abbaye de Melk.