Les blocs de glace dérivent lentement vers un chenal qui débouche sur la mer. Leur partie immergée ne représente que 10 % environ de leur volume total.

Les blocs de glace dérivent lentement vers un chenal qui débouche sur la mer. Leur partie immergée ne représente que 10 % environ de leur volume total.

Avec le réchauffement climatique, les blocs de glace ont nettement diminué en taille et en nombre, mais le spectacle est toujours magnifique.

Avec le réchauffement climatique, les blocs de glace ont nettement diminué en taille et en nombre, mais le spectacle est toujours magnifique.

L’ensemble du littoral est fréquenté par de nombreux oiseaux, en particulier de grands labbes et des sternes arctiques. Avec un peu de patience, et de discrétion on peut aussi avoir la chance de surprendre des phoques en train de se prélasser sur les bords de la lagune ou de jouer au milieu des icebergs.

Sur la grève de Jökulsárlón, un jeune phoque se réchauffe au soleil.

Sur la grève de Jökulsárlón, un jeune phoque se réchauffe au soleil.

Le grand labbe est un redoutable prédateur, agressif envers les autres oiseaux et même envers l'Homme si ce dernier pénètre sur son territoire.

Le grand labbe est un redoutable prédateur, agressif envers les autres oiseaux et même envers l’Homme si ce dernier pénètre sur son territoire.


Les spasmes des abysses

Les guides locaux, qui connaissent chaque crevasse du glacier, sont indispensables pour toute excursion sur le Vatnajökull.

Les guides locaux, qui connaissent chaque crevasse du glacier, sont indispensables pour toute excursion sur le Vatnajökull.

Sur le glacier mère – le Vatnajökull – le plus grand d’Europe, des guides chevronnés proposent des excursions à la journée.

Visiter les crevasses et cavernes creusées par les forts dégagements de vapeur est une expérience inoubliable. Parfois, quelques grincements venus des entrailles de la terre rappellent qu’à nos pieds sont tapis les volcans les plus actifs du pays. Comme le Grimsvötn qui en 1996 a fait fondre ce glacier sur des centaines de mètres de profondeur. L’eau de fonte, d’abord retenue par un barrage de roches, s’est ruée vers l’océan avec un débit de plus de 40 000 mètres cubes par seconde, balayant tout sur son passage.

Dans  cette île de genèse accrochée au cercle polaire et si souvent  prise de soubresauts, rien n’est éternel ! Les conditions climatiques extrêmes, les lumières changeant au gré des saisons et de la journée, les immensités désertiques donnent aux paysages des couleurs irréelles et aux reliefs des allures spectrales. Nulle autre terre ne sait mieux distiller ce goût d’enfer et de paradis…

Vestige d'un pont de la route N° 1 détruit par le jökulhlaup suite à l’éruption du Grímsvötn en 1996.

Vestige d’un pont de la route N° 1 détruit par le jökulhlaup suite à l’éruption du Grímsvötn en 1996.

Mousses et lichens colonisent naturellement les champs de laves.

Mousses et lichens colonisent naturellement les champs de laves.

Y aller

Island Tours
http://www.islandtours.fr
01 56 58 30 20

Comptoir des Voyages
http://www.comptoir.fr/decouvrir/islande/visite/guide-voyage/islande-ISL_42_r.aspx
01 53 10 34 49

Icelandair assure des vols quotidiens Paris/Reykjavik
www.icelandair.fr
01 44 51 60 51

Lire
Livre de photographies de Patrick Desgraupes
« Le sublime et l’imaginaire », éditions Hermé, prix : 29 euros.