De magnifiques jardins de fleurs endémiques, un environnement naturel préservé et un lagon parmi les plus beaux de Polynésie. Echappée belle dans le jardin secret de nombreux artistes.

Située à moins de 10 minutes de vol de Tahiti et à une demi-heure de bateau, l´île de Moorea est un massif volcanique hérissé de sommets dont le plus haut culmine à 1207 mètres. Deux somptueuses baies – la baie de Cook et la baie d’Opunohu – découpent l’île et offrent des mouillages recherchés par les navigateurs.

7_Brigitte Postel_Moorea_mars07 010 (Copier)

C’est ici, dans cette entaille profonde, sur les eaux émeraude du lagon, que fut filmé Les révoltés du Bounty avec Marlon Brando. À la suite du tournage, Marlon Brando acheta l’atoll voisin de Tetiaroa où il séjourna avec son épouse polynésienne et où un de leurs fils vient d’ouvrir un hôtel de luxe écolo : le Brando Resort.
Dans ce décor naturel, à la mesure de l’épopée, de profondes vallées fluviales ont creusé les reliefs et permis à une végétation luxuriante de s’installer. Une petite route permet de sillonner l’intérieur de l’île et d’atteindre le Belvédère, sans doute l’un des plus beaux points de vue de Polynésie.

Dotées d’un déhanché impressionnant, les vahinés sont les emblèmes du mythe de la « Nouvelle Cythère », nom donné à Tahiti par Bougainville.

Dotées d’un déhanché impressionnant, les vahinés sont les emblèmes du mythe de la « Nouvelle Cythère », nom donné à Tahiti par Bougainville.

Le Mont Mouaroa est le troisième sommet de Moorea, culminant à 880 mètres d’altitude. Il est aussi connu sous le nom de Mont Bali Hai.

Le Mont Mouaroa est le troisième sommet de Moorea, culminant à 880 mètres d’altitude. Il est aussi connu sous le nom de Mont Bali Hai.

Près du Belvédère, une jolie vahiné nous offre un tamouré. D’abord interdite par les explorateurs chrétiens car jugée obscène, cette danse tahitienne s’est transmise dans le cadre familial et a refait surface grâce aux festivités traditionnelles du Tiurai en juillet.
4_Brigitte Postel_Moorea_mars07 238 (Copier)Des plantations d’ananas, première richesse de Moorea, mais aussi de bananes, de canne à sucre ou des bambouseraies géantes recouvrent les flancs ensoleillés de l’ancienne caldeira. Et procurent un peu de fraîcheur au marcheur de midi.

L’île est petite. On en fait vite le tour par la route côtière longue d’une soixantaine de km. Elle se faufile entre les jardins fleuris et les cocoteraies, découvrant au gré des anses et des baies, tantôt une plage de sable blanc, tantôt la mer et ses récifs coralliens.