Turquie - Bodrum

Avec ses maisons blanches et ses bougainvilliers fushias qui semblent pousser des fenêtres, cet ancien port de pêche nous enivre par ses chatteries ; entre le pêcheur d’Halicarnasse et Kate Moss en cure détox, la cité éperonne les désirs ! Bodrum, c’est la suspension légère de soi, une gourmandise recouvrée des vacances.

terrasse Bodrum
La saison chaude y fait affluer une population qui vient des quatre coins du monde ; Stambouliotes, Allemands, Russes, Iraniens, Français…une foule enflamme la cité et fait de Bodrum un hot-spot de la baie égéenne.

Saviez-vous que le roi des Lydiens, Crésus, a fait fortune grâce aux sables aurifères de la rivière Pactole ?
« Riche comme Crésus », « Toucher le pactole »

D’Halicarnasse à Bodrum

À l’emplacement actuel de Bodrum s’élevait Halicarnasse, une cité gréco-anatolienne fondée à la fin du XIème s av J.-C. par des colons Doriens. Elle va devenir l’une des plus importantes colonies de la région, la Carie, avant de passer sous domination Lydienne puis Perse. C’est à cette époque que naît Artémise, la première femme amirale dont l’histoire se souvienne et Hérodote, le premier historien du monde. Il ne cache pas son transport en écrivant à son propos : « Je fais une exception pour Artémise, que j’admire fort d’avoir fait la guerre contre la Grèce, bien qu’étant une femme… ».

Ce n’est qu’au IVème s av J.-C. que Mausole, satrape (gouverneur) de Carie, transfère sa capitale à Halicarnasse et en fait une cité prestigieuse, dont on protège aujourd’hui les vestiges. Il entame la construction d’un mausolée, qui deviendra une des Sept Merveilles du monde antique (c’est depuis ce temps-là que le terme désigne toute architecture funéraire grandiose). À présent, on ne peut qu’imaginer cette sépulture, car, après quelques séismes, elle fut démantelée jusqu’à la dernière pierre ; il n’en reste que les soubassements.

En 1402, une désorganisation de l’empire ottoman permet aux Chrétiens de s’implanter dans la ville et d’édifier le robuste château de Saint-Pierre. Ils y restent un siècle, jusqu’à ce que Soliman le Magnifique, Sultan de la dynastie ottomane, les chasse. Le château Saint-Pierre (Petrum) prêtera son nom à la ville qui, par légère déformation, deviendra Bodrum.

Rares et précieuses sont les terres qui ont su intégrer autant de civilisations et qui peuvent encore aujourd’hui en témoigner. Pour le plus grand plaisir de ceux qui y vivent et des estivants, la cité possède aujourd’hui de nombreux monuments et musées illustrant ce bel héritage.

Le Château de Saint-Pierre le Libérateur : monument incontournable du paysage

Les ouvriers qui édifièrent le château de Saint-Pierre le Libérateur se virent garantir par bulle papale leur place au paradis.

Les ouvriers qui édifièrent le château de Saint-Pierre le Libérateur se virent garantir par bulle papale leur place au paradis.

Si à notre grand désarroi les pierres manquent à la Merveille du monde antique, elles ont servi à édifier de puissantes fortifications au château de Saint-Pierre ; il fallait alors franchir, via des passages tortueux et découverts (ce qui est idéal pour le tir), sept portes avant d’accéder à l’intérieur de la citadelle !
Les ouvriers qui édifièrent le château de Saint-Pierre le Libérateur se virent garantir par bulle papale leur place au paradis.

Au XVème siècle, les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, puissant ordre religieux, hospitalier et militaire, débutent la construction de ce château. Il sert à garantir leur défense et abriter les réfugiés chrétiens à l’époque des Croisades. Une des particularités de cette forteresse est d’attribuer à chacune de ses tours défensives une langue spécifique des membres de l’Ordre ; il y avait ainsi la tour des Anglais, la tour des Français… Vous aurez peut-être la chance de voir en ces lieux un paon se pavaner et faire la roue parmi les pierres volcaniques. Le château renferme aujourd’hui le plus grand musée d’archéologie sous-marine au monde.

 

Le théâtre antique au nord de la ville pouvait accueillir jusqu’à 13 000 spectateurs.

Le théâtre antique au nord de la ville pouvait accueillir jusqu’à 13 000 spectateurs.

 

Musée d'Archéologie sous-marine de Bodrum, excavation de bateau.

Musée d’Archéologie sous-marine de Bodrum, excavation de bateau.

Le musée d’archéologie sous-marine
Mondialement réputé, le musée dissémine ses collections entre les esplanades, galeries et tours. Sont exposés des objets provenant notamment de la plus ancienne épave connue à ce jour : l’Uluburun, un navire de Néfertiti datant du XIVème siècle av. J.-C. La galerie des amphores abrite une exposition de vases, d’amphores et d’objets remontant à l’âge du Bronze (2500 av J.-C.). La salle de la princesse carienne Adra (sœur de Mausole) abrite son squelette et le mobilier découvert dans sa tombe. La salle des verreries dévoile une des plus importantes et des plus anciennes collections au monde, allant du XIVème siècle av J.-C. jusqu’au IIème siècle de notre ère.
Dans le jardin intérieur, prospèrent des plantes et arbres de la Méditerranée tels le platane d’Orient, dont l’ombre renforce la santé, et le myrte, plante d’Aphrodite, symbole d’amour et de désir…

 

Bodrum - terrasseBodrum delights
Au petit matin, les derniers silences de la nuit et le pépiement des oiseaux accompagnent le lever du soleil derrière la baie de Bodrum.

Tandis que s’élèvent les premiers sons de la ville, une lumière rosée teinte la mer et le port. Le marc du café turc, pris les pieds dans l’eau, nous prédit une merveilleuse journée.
Cap sur la baie, à bord d’une des fameuses goélettes. Originellement des embarcations spartiates de pêcheurs, ces « gulet » sont aujourd’hui de magnifiques et élégants voiliers en bois, construits à la main par des maîtres artisans. L’intimité du petit groupe à bord induit une atmosphère d’amitié ; baignade, apéro et découverte du littoral, nous embarquons pour quelques heures, ou quelques jours.
En fin d’après-midi, tandis que les hommes jouent au Tavla (ancêtre du backgammon) et que les festivités de la nuit se préparent, on profite au mieux de l’ambiance de Bodrum en se faufilant dans les venelles de la ville. Ou en s’attablant au soleil dans l’un des nombreux cafés de la plage ; les tables sont plantées dans le sable et le parfum du narguilé se mêle à celui de la brise ; un cocktail s’il-vous-plaît !

plage bodrum

Au restaurant, n’ayez pas la main trop audacieuse sur les mezzés, délicieux aperçu de l’art culinaire turc. Le poisson et les légumes sont à l’honneur pour les plats, mais il faut garder un peu de place pour les desserts. Outre les exquis loukoums, la Turquie recèle bien d’autres friandises…

Si le Bain Turc d’Ingres et Les Mille et Une Nuits tapissent nos imaginaires européens des merveilles de l’Orient, ne comptez pas sur les odalisques et harem de Bodrum, il n’y en a pas. Ce rêve d’exotisme et de volupté renaît toutefois dans la sensualité des corps qui dansent dans la pénombre des nombreux clubs de la côte égéenne. Le son de David Guetta, à l’aube, cède son « raffinement » au non moins « raffiné » chant du muezzin, et nous invite à aller nous coucher ; ou à nous rendormir !

 


Dans les environs : Gümüslük et Labranda

Enfin, la visite de Gümüslük ! Un coup de cœur authentique est assuré dès l’abord de ce petit village de pêcheur, à l’atmosphère accueillante et oisive. Antoine et Cléopâtre eurent bonne intuition d’y faire halte.

labranda - milas - bodrum

Labranda, à 18 km au nord de Milas
Niché au cœur des reliefs montagneux, Labranda est un fascinant terrain de fouilles pour les archéologues. Air, pierre et eau en sont les seuls éléments constitutifs et confèrent au lieu un « esprit » sans doute inchangé depuis des millénaires.
Ce sanctuaire carien, dédié à Zeus de Labranda, était l’épicentre de cette puissante civilisation dont le rayonnement et les pratiques cultuelles se retrouvent aujourd’hui à Bodrum. Le satrape de Carie, Mausole, a œuvré à étendre le sanctuaire et en fit même son sanctuaire familial. La hache à double tranchant, alors l’attribut de Zeus, est aujourd’hui le symbole du pouvoir matriarcal et féminin…

Incontournable thé turc il est préparé dans une double théière, un peu à la manière d'un samovar.

Incontournable thé turc il est préparé dans une double théière, un peu à la manière d’un samovar.


Où se loger à Bodrum et sa région ?

Voyage Bodrum 5*
http://www.voyagehotel.com/Voyage-Bodrum-EN

Mandarin Oriental, Hotel 5*
Luxueux et idyllique hôtel et spa, situé sur Paradise Bay.
http://www.mandarinoriental.fr/bodrum/

Préparer son voyage
Mondial tourisme, spécialiste des voyages sur la Turquie.
http://www.mondialtourisme.fr/

Office de tourisme de Turquie
www.goturkey.com
http://www.turquietourisme.gov.tr/

Texte : Capucine Ferry
Photos : Capucine Ferry et Office de tourisme de Turquie.