Lors d’un séjour avec la compagnie CroisiEurope, nous avons découvert l’une des plus belles réserves naturelles d’Afrique : le parc national Chobé au Bostwana, troisième parc animalier du Botswana par la taille (après la réserve du Kalahari central et le Gemsbok National Park). Un safari nautique et terrestre pour pénétrer une nature vierge où les seuls prédateurs rencontrés sont les lions, les léopards et les crocodiles. Déconnexion totale assurée.

La rivière Chobé dessine une frontière naturelle entre le Botswana et la Namibie.
La rivière Chobé dessine une frontière naturelle entre le Botswana et la Namibie.

C’est un petit avion qui nous conduit de Johannesbourg (Afrique du sud), à Kasane au Bostwana. Kasane est connue pour être la porte d’entrée de la bande de Caprivi, une langue de terre namibienne étroite qui se faufile entre l’Angola, le Botswana, le Zimbabwe et la Zambie. Entourée d’eau et de marécages, traversée par le fleuve Zambèze et bordée par la rivière Chobé qui fait office de frontière naturelle avec le Botswana, cette région est l’endroit idéal pour observer les animaux phares de l’Afrique. Affluent du majestueux fleuve Zambèze, la rivière Chobé serpente dans une vaste plaine, éden de verdure dans une région plutôt aride.

Namibie. Cascades Lodge. ©Micky Hoyle.
Namibie. Cascades Lodge. ©Micky Hoyle.

Le lodge de CroisiEurope est en terre namibienne et le parc national Chobé où se passent les safaris au Bostwana. C’est un spot exceptionnel pour voir les animaux qui vivent ici. Chaque jour, nous franchirons les frontières pour rejoindre cet écrin de près de 12 000 km², enchâssé entre la Namibie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Cette réserve de vie sauvage unique allie un paysage de grandes plaines, de marécages et de forêts.

Bostwana. Parc national Chobé. Quelque 40 000 éléphants y vivent en toute liberté, théoriquement à l’abri des braconniers qui y sont pourchassés par des rangers peu enclins à l’indulgence.
Bostwana. Parc national Chobé. Quelque 40 000 éléphants y vivent en toute liberté, théoriquement à l’abri des braconniers qui y sont pourchassés par des rangers peu enclins à l’indulgence.

Cascades Lodge

Bostwana. Rivière Chobé. À bord d’embarcations privatives, un jeune guide nous conduit au Cascades Lodge, où nous allons séjourner pendant une semaine.
Bostwana. Rivière Chobé. À bord d’embarcations privatives, un jeune guide nous conduit au Cascades Lodge, où nous allons séjourner pendant une semaine.
Namibie. Cascades Lodge. Situé sur l’îlot privé Ntwala, dans une boucle du Zambèze, le Cascades Lodge est entièrement dédié aux clients de CroisiEurope. ©Micky Hoyle.
Namibie. Cascades Lodge. Situé sur l’îlot privé Ntwala, dans une boucle du Zambèze, le Cascades Lodge est entièrement dédié aux clients de CroisiEurope. ©Micky Hoyle.

Véritable havre de paix en pleine nature, il sera notre point de départ pour de nombreuses excursions sur la rivière, dans la savane et dans les villages avoisinants.
Les huit bungalows de 80 m² ont été construits avec des matériaux nobles, bois et pierre, et sont décorés dans un style colonial sobre et chic, chacune ayant un bassin extérieur privatif. Depuis les terrasses des chambres en bois clair, qui surplombent le puissant Zambèze, on entend les roulements du fleuve, les chants des oiseaux, les mugissements et grognements rauques des hippopotames qui se vautrent dans les marécages voisins. Ces beuglements redoublent d’intensité quand ils se battent avec leurs congénères, parfois au prix de luttes sanglantes, pour conquérir une belle. À la nuit tombée, ils sortent de l’eau pour explorer les berges des fleuves et vont à l’intérieur des terres pour brouter. Raison pour laquelle un ranger armé veille toute la nuit autour du lodge.

Naminie. Cascades Lodge. Incitation à la prudence. On ne sort pas la nuit sans être accompagné d'un ranger.
Naminie. Cascades Lodge. Incitation à la prudence. On ne sort pas la nuit sans être accompagné d’un ranger.

Au royaume des big five

Chaque jour, le théâtre animalier de la savane met en scène ses acteurs les plus légendaires : les big five. À savoir les lions, les éléphants, les léopards, les buffles et les hippopotames.

Bostwana. Parc national Chobé. Couple de lions faisant la sieste.
Bostwana. Parc national Chobé. Couple de lions faisant la sieste.
Bostwana. Parc national Chobé. Le buffle est de loin l'animal le plus dangereux pour l'homme.
Bostwana. Parc national Chobé. Le buffle est de loin l’animal le plus dangereux pour l’homme.
Bostwana. Parc national Chobé. Un hippopotame beugle sur la berge.
Bostwana. Parc national Chobé. Un hippopotame beugle sur la berge.

Ici, pas de rhinocéros, ils ont été transportés dans des réserves privées de la région de Tuli, près de la frontière sud-africaine pour y être mieux protégés. Ces animaux sont en effet de plus en plus menacés, notamment à cause de leurs cornes très recherchées sur le marché asiatique pour leurs soi-disant vertus aphrodisiaques.

Bostwana. Parc national Chobé. Bébé éléphant fait sa sieste entre sa mère et une autre femelle, chacune regardant dans un sens opposé pour surveiller d'éventuels prédateurs.
Bostwana. Parc national Chobé. Bébé éléphant fait sa sieste entre sa mère et une autre femelle, chacune regardant dans un sens opposé pour surveiller d’éventuels prédateurs.

Qu’il est fascinant de tomber, au détour d’une piste sablonneuse, sur une famille d’éléphants traversant devant nous sans paraître gênés de notre présence. « Ils sont prioritaires », nous dit laconiquement le pisteur qui accompagne le petit groupe de 4 personnes. On n’imagine pas leur passer devant la trompe ! Depuis notre jeep, dont le chauffeur coupe le moteur systématiquement dès que des animaux sont en vue, nous pouvons observer les hardes d’éléphant vaquer à leurs occupations : à l’ombre d’un grand acacia ou d’un mopane quand le soleil est au zénith et que bébé est fatigué, accélérant le pas pour aller se désaltérer, barrissant pour avertir d’un possible danger ou se régalant de touffes d’herbes.

Bostwana. Parc national Chobé. Les Impalas vivent en troupeaux d'une vingtaine de femelles sous la surveillance d'un mâle.
Bostwana. Parc national Chobé. Les Impalas vivent en troupeaux d’une vingtaine de femelles sous la surveillance d’un mâle.
Bostwana. Parc national Chobé. Les Koudous portent entre 6 et 8 rayures verticales sur le corps. Les mâles portent de grandes cornes torsadées.
Bostwana. Parc national Chobé. Les Koudous portent entre 6 et 8 rayures verticales sur le corps. Les mâles portent de grandes cornes torsadées.
Bostwana. Parc national Chobé. Cette girafe déambule tranquillement dans la savane.
Bostwana. Parc national Chobé. Cette girafe déambule tranquillement dans la savane.

En se rapprochant de la rivière, quelques impalas sautillants s’invitent dans notre objectif. De grands troupeaux se succèdent, toujours surveillés par un mâle dominant qui garde jalousement son harem. Puis on découvre des koudous, des zèbres, des girafes, des babouins et des phacochères que les rangers nomment speedy bacon en raison de leur capacité à courir vite.

Dans les bras du Zambèze et de la rivière Chobé

Bostwana. Rivière Chobé. Des bateliers locaux (appelés « polers ») se déplacent dans leurs mokoro, ces fameuses barques traditionnelles creusées dans le bois et manœuvrées à l’aide d’une longue perche.
Bostwana. Rivière Chobé. Des bateliers locaux (appelés « polers ») se déplacent dans leurs mokoro, ces fameuses barques traditionnelles creusées dans un tronc et manœuvrées à l’aide d’une longue perche.

Après le safari terrestre, on part pour une virée nautique observer les animaux se regroupant sur les berges. Une navigation lente qui nous permet de contempler la vie du fleuve, les vastes pâturages bordant les berges où paissent des vaches dont certaines se font parfois dévorer par les crocodiles, ou encore les paysans qui se déplacent en barque.
Les grandes prairies qui s’étirent sur les rives et les épineux de la savane sont les lieux préférés des impalas, koudous, et autres antilopes et le refuge de nombreux oiseaux. C’est aussi le garde-manger des lions qui tentent d’avancer couchés pour un festin souvent raté. Les singes les ont repéré et ont donné l’alerte dans un langage que tous les animaux comprennent.

Bostwana. Parc national Chobé. Harde d'éléphants à l'ombre d'un grand arbre.
Bostwana. Parc national Chobé. Harde d’éléphants à l’ombre d’un grand arbre.

Toujours alimentée, même en saison sèche (mai à octobre), la rivière Chobé attire de grands troupeaux de pachydermes et bien d’autres animaux. C’est aussi un lieu idéal pour l’observation des oiseaux tels les ouettes d’Egypte, les outardes, ou encore les aigrettes ardoisées qui étirent leurs ailes au soleil. Chaque jour, nous alternons les safaris entre savane et rivière. Ces sorties pour observer la faune se font aux premières heures du jour et avant le coucher du soleil, lorsque les animaux sont les plus actifs.

Bostwana. Parc national Chobé. L'ouette d'Egype a fière allure. L'Ouette d'Égypte a fière allure. Elle fréquente à peu près tous les plans d'eau d'Afrique tropicale.
Bostwana. Parc national Chobé. L’ouette d’Egypte a fière allure. Elle fréquente à peu près tous les plans d’eau d’Afrique tropicale.
Bostwana. Parc national Chobé. Couple de héron garde-boeufs. Ces hérons ne veillent aucunement sur le bétail. Ils aiment simplement se percher sur des quadrupèdes herbivores un peu grands pour prendre de la hauteur dans leur recherche de nourriture.
Bostwana. Parc national Chobé. Couple de héron garde-boeufs sur des papyrus. Ces hérons ne veillent aucunement sur le bétail. Ils aiment simplement se percher sur des grands quadrupèdes herbivores pour prendre de la hauteur dans leur recherche de nourriture.
Bostxana. Rivière Chobé. Bostwana. Parc national Chobé. Crocodile à l'affût sur la berge.
Bostwana. Parc national Chobé. Crocodile à l’affût sur la berge.

Comment ne pas s’émerveiller devant le spectacle permanent qui s’offre à nos yeux ? Dans les méandres marécageux de la rivière, on devine à peine les hippopotames. Ou les crocodiles sur les berges, si immobiles qu’on les croirait empaillés. Perché sur une branche, un aigle pêcheur, emblème du Zimbabwé, guette son dîner.

Bostwana. Parc national Chobé. Harde d'éléphants au bain.
Bostwana. Parc national Chobé. Harde d’éléphants au bain.

Cette excursion en petit bateau permet d’approcher au plus près des animaux, notamment des éléphants et des oiseaux multicolores qui vivent dans cet environnement exceptionnel. En particulier l’oiseau national du Botswana, le rollier (Lilac-breasted Roller).

Bostwana. Parc national Chobé. Rollier à longs brins.
Bostwana. Parc national Chobé. Rollier à longs brins.

Plus loin, ce sont des hardes d’éléphants qui viennent en famille se désaltérer et prendre leur bain, les bébés toujours protégés par les adultes. Sous nos yeux, l’une des mères pousse de sa trompe son petit qui a du mal à remonter sur la berge. Lors de ces navigations, il nous arrive de croiser des pêcheurs qui viennent taquiner le célèbre poisson tigre (tigerfish), le brème (bream) ou encore le tilapia. On ne se lasse pas de ces balades nautiques ou terrestres. Après les observations du matin, on retourne au lodge pour le déjeuner et la sieste, aux heures les plus chaudes de la journée. Le soir, la nuit tombe doucement sur la savane, lui donnant cette couleur orangée si particulière. On écoute les conteurs du village de l’île voisine d’Impalila nous évoquer la vie locale et l’histoire de la Namibie. Avant de nous endormir bercés par les sons alentour. Ambiance Out of Africa garantie.

L'African Dream sur le Zambèze à la tombée de la nuit. ©Kevin Hogan.
L’African Dream sur le Zambèze à la tombée de la nuit. ©Kevin Hogan.

La compagnie familiale strasbourgeoise CroisiEurope, spécialiste des croisières fluviales, propose une immersion inédite en Afrique australe alliant safaris et navigation à bord de l’African Dream, le bateau 5 ancres qu’elle a récemment inauguré. Entièrement panoramique, avec ses différents ponts et son grand salon, il offre 8 suites (dont 2 avec balcon) sobres et climatisées.
Hébergement en Namibie au Cacades Lodge. Ouvert sur l’extérieur, le restaurant permet d’admirer la vie sauvage environnante en profitant d’une gastronomie soignée. Grande terrasse avec vue sur les rapides du fleuve Zambèze.
En option : survol en hélicoptère des chutes Victoria et extension de 4 nuits dans la péninsule du Cap. 0826 101 234
https://www.croisieurope.com/croisiere/afrique-australe-experience-inedite-confins-monde-7-classique

Texte et Photos (hors mention) : Brigitte Postel