Il est une cité romantique, baignée de lacs, où les palais bruissent encore des fastes des Maharanas. Nous sommes à Udaïpur, capitale du plus vieux royaume du Rajasthan, le Mewar.

City Palace et havelis vus depuis le lac Pichola.
City Palace et havelis vus depuis le lac Pichola.

Entourée de montagnes verdoyantes où les maharanas chassaient le tigre à dos d’éléphant, Udaïpur est un bastion Rajput fondé au XVIe siècle pour protéger ses habitants des attaques mogholes et de leurs tendances suicidaires. En effet, ces célèbres guerriers se battaient à mort tandis que leurs femmes et leurs enfants s’immolaient quand la défaite s’avérait imminente. La légende raconte qu’un sage, afin d’éviter ces massacres, aurait conseillé au maharana Udai Singh II d’établir son fief dans ce site réputé imprenable, au cœur de la chaîne des Arawalli. C’est ainsi que naquit le City Palace, le plus grand palais du Rajasthan.

Le City Palace surplombe le lac Pichola.
Le City Palace surplombe le lac Pichola.
 Le City Palace vu depuis les jardins.
Le City Palace vu depuis les jardins.
De granit et de marbre, cette aérienne forteresse longue de 244 m et haute de plus de 30 m, est un enchaînement labyrinthique de terrasses, de kiosques, de couloirs, d'escaliers, de patios, de jardins, de pavillons que chaque maharana a ajouté au fil des siècles.
De granit et de marbre, cette aérienne forteresse longue de 244 m et haute de plus de 30 m, est un enchaînement labyrinthique de terrasses, de kiosques, de couloirs, d’escaliers, de patios, de jardins, de pavillons que chaque maharana a ajouté au fil des siècles.

Le monumental palais révèle ainsi ses secrets depuis 1952, année où quelques salles furent ouvertes au public. L’entrée se fait par la Bari Pol (1600) et la Tripolia Pol (1725) avec ses huit arches en marbre sculpté. De palais en jardins, tout est pensé pour exalter les sens, le plaisir, la beauté : Manak Mahal, le palais de rubis, Bari Mahal, un jardin à la moghole créé au XVIIIe, Dilkusha Mahal, le palais de la joie, Chini Chitrashala, le salon chinois recouvert de faïences hollandaises, Moti Mahal, le palais des perles, Shish Mahal, le palais des miroirs.
L’ensemble, décoré dans les styles rajput et moghol, est un peu décati, baroque à souhait et d’une surprenante harmonie.

 Passage avec des vitraux colorés et moucharabiehs destinés à la ventilation, caractéristiques des havelis.
Passage avec des vitraux colorés et moucharabiehs destinés à la ventilation, caractéristiques des havelis.
De jolies peintures murales décorent les murs des salles de réception.
De jolies peintures murales décorent les murs des salles de réception.
Certains patios sont ornés de décors de céramiques émaillées.
Certains patios sont ornés de décors de céramiques émaillées.
Un des trois paons du Mor Chowk ou cour du paon.
Un des trois paons du Mor Chowk ou cour du paon.

Les trois paons du Mor Chowk datent du règne du Maharana Sajjan Singh vers 1750 et représentent les 3 saisons : été, hiver et mousson. Ils sont sculptés en haut-relief avec des mosaïques de verre coloré dans des niches du mur de la cour. Et constitués de 5000 morceaux de verre colorés. Le paon, oiseau national de l’Inde, a un rôle symbolique important. Selon la mythologie hindoue, le paon a été créé à partir d’une des plumes de l’oiseau mythique Garuda, un oiseau majestueux qui portait le Seigneur Vishnu sur son dos. Il est aussi le vâhana (véhicule) de Krishna.

Une partie du City Palace a été aménagée en hôtel et une autre partie du bâtiment est devenue un musée. Le tout est géré par l’actuel descendant de cette lignée du Mewar, plus ancienne que la famille d’Angleterre.

Le Palais du lac
Juste en face, au milieu du lac Pichola, le Jag Niwas semble flotter sur l’eau. Aujourd’hui, ce palais de marbre blanc est un des fleurons de la chaîne hôtelière Taj. Et sans nul doute un des hôtels les plus romantiques d’Inde.

Le Jag Niwas à la lumière du couchant.
Le Jag Niwas aux lueurs du couchant.

Le Jeune Prince Jagat Singh (1628-1652) l’aurait fait construire au XVIIIe pour s’y réfugier tranquillement avec quelques dames, son père lui ayant refusé d’utiliser le palais Jag Mendir ou palais du jardin du lac, pour ses frasques.

Les éléphants sculptés de l’entrée du Jag Mandir, appelé aussi Lake Garden Palace.
Les éléphants sculptés de l’entrée du Jag Mandir, appelé aussi Lake Garden Palace.

L’élégant édifice, tout ajouré de coupoles et de balcons, a été orienté de manière à ce que la brise du lac vienne rafraîchir les cours intérieures et les jardins, enveloppant les lieux du subtil parfum des lotus. De précieuses miniatures, dont les détails ont été réalisés à l’aide d’un unique poil d’écureuil, ornent les appartements et disent tout le raffinement de l’école de peinture du Mewar. La famille royale a utilisé le palais comme lieu de villégiature d’été et pour organiser des fêtes. Le palais a servi de refuge aux demandeurs d’asile à deux reprises. Le pittoresque Jagmandir Island Palace accueille aujourd’hui voyageurs d’affaires, touristes et célébrités du monde entier pour des cérémonies et événements d’importance.

Seul bémol, la pollution du lac Pichola. «Économisez l'eau, sauvez nos lacs, plaident les affiches de l'Udaipur Lake Conservation Society. Cependant, un gros travail reste à faire…
Seul bémol, la pollution du lac Pichola. «Économisez l’eau, sauvez nos lacs, plaident les affiches de l’Udaipur Lake Conservation Society. Un gros travail reste à faire…

Texte et Photos : Brigitte Postel

Y aller

Voyageurs du Monde propose un voyage intitulé : Voyage au pays des Rajas d’une dizaine de jours, incluant la visite d’Udaïpur. Le prix moyen pour ce voyage est de 3600 €/personne.

https://www.voyageursdumonde.fr/voyage-sur-mesure/voyage-rajasthan-delhi-agra-jaipur-udaipur-jodhpur/voyage-de-delhi-a-udaipur-en-inde/pti5425