Considéré comme faisant partie des plus belles plages de Bretagne, le cordon dunaire de Treac'h ar Goured s'étire en arc de cercle sur plus de 2 km de long, à l'est de l'île de Houat.

« De la mer nous vivons », telle est la devise de cette île longue de 4 km et large de 1,5 km, située au large du golfe du Morbihan. Paradis des voileux, des pêcheurs et des amoureux de nature, Houat est l’endroit rêvé pour découvrir une flore et une faune exceptionnelles, faire des balades à vélo ou cheminer sur les sentiers côtiers.

Houat. Giflé par les vagues, le littoral offre au regard ses estrans granitiques.
Houat. Giflé par les vagues, le littoral offre au regard ses estrans granitiques.


Houat dresse ses falaises granitiques dans le prolongement de la presqu’île de Quiberon avec laquelle, jadis, elle ne faisait qu’un. Il y a encore quelques années, la majorité des hommes étaient pêcheurs. Mais aujourd’hui, cette activité est en déclin. Leurs embarcations colorées s’alignent en épi le long du môle du port de Saint Gildas, abandonnant aux plaisanciers le centre du bassin.

Houat. Plage avant le port de Saint Gildas.
Houat. Plage avant le port de Saint Gildas.

On la découvre par liaison maritime depuis Locmariaquer, Vannes, Quiberon ou Port-Navalo. Où en mouillant sur l’un de ses rivages. Dès l’approche, l’île frappe par son littoral rocheux entrecoupé de plages de sables blancs et de petites criques que baigne une eau couleur émeraude, plutôt froide (16 °C en été).
Depuis le port de Saint Gildas, on rejoint le village par une petite route flanquée de quelques maisons récentes.

Houat. Le bourg est charmant avec ses jardinets fleuris et ses petites maisons de pierre ou chaulées de blanc, recroquevillées autour de l'église Saint-Gildas (1766), qui abrite un beau voilier, ex-voto du XIXe.
Houat. Le bourg est charmant avec ses jardinets fleuris et ses petites maisons de pierre ou chaulées de blanc, recroquevillées autour de l’église Saint-Gildas (1766), qui abrite un beau voilier, ex-voto du XIXe.
Coquettes maisons fleuries dans le bourg de Houat.
Coquettes maisons fleuries dans le bourg de Houat.


Houat. Un sentier côtier fait le tour de l’île et permet de découvrir – en 4 ou 5 heures si l’on est bon marcheur - une côte découpée et une lande sauvage battue par les vents.
Houat. Un sentier côtier fait le tour de l’île et permet de découvrir – en 4 ou 5 heures si l’on est bon marcheur – une côte découpée et une lande sauvage battue par les vents.

Ni clôture, ni murets, ni poteaux électriques, ni barrières, ni routes ; la nature est restée quasiment vierge. Une lande odorante où courent le chèvrefeuille, et les lapins de garennes, couvre près des quatre cinquièmes de l’île. Elle abrite de nombreuses espèces protégées, dont certaines trop cueillies pour en faire des bouquets, sont menacées.

Houat. Le panicaut maritime (Eryngium maritimum) est une ombellifère aux feuilles épineuses dont les fleurs ont servi de modèle pour le logo du Conservatoire de l’Espace littoral et des Rivages lacustres.
Houat. Le panicaut maritime (Eryngium maritimum) est une ombellifère aux feuilles épineuses dont les fleurs ont servi de modèle pour le logo du Conservatoire de l’Espace littoral et des Rivages lacustres.
Houat. La criste marine (Crithmum maritimum) qui s’incruste dans les falaises (ce qui lui a valu le nom de perce-pierre) et répand une agréable odeur de citron et de carotte.
Houat. La criste marine (Crithmum maritimum) s’incruste dans les falaises (ce qui lui a valu le nom de perce-pierre) et répand une agréable odeur de citron et de carotte.

À la fin du printemps, l’asperge sauvage perce le sable des dunes, et dès juillet le lys maritime offre ses grosses fleurs blanches en forme de trompette fripée aux promeneurs du littoral.

Ne cueillez pas cette petite merveille qu'est le lys maritime (Pancratium maritimum). Cette espèce est particulièrement défendue car elle ne s’épanouit qu’ici et à Hoëdic, ainsi que sur les sables de l’Algarve au Portugal.
Ne cueillez pas cette petite merveille des dunes qu’est le lys maritime (Pancratium maritimum). Cette espèce est particulièrement défendue car elle ne s’épanouit qu’ici et à Hoëdic, ainsi que sur les sables de l’Algarve au Portugal.
Considéré comme faisant partie des plus belles plages de Bretagne, le cordon dunaire de Treac'h ar Goured s'étire en arc de cercle sur plus de 2 km de long, à l'est de l'île de Houat.
Considéré comme faisant partie des plus belles plages de Bretagne, le cordon dunaire de Treac’h ar Goured s’étire en arc de cercle sur plus de 2 km de long, à l’est de l’île de Houat.


Sur la côte est, on rencontre la superbe plage de sable fin de Treac’h er Goured qui enveloppe la pointe de Tal er Hah (elle supporte une ancienne batterie). À l’extrême ouest, vous tomberez sous le charme de celle de Treac’h er Venigued. Allez-y au coucher du soleil. Devant vous, la pointe de la presqu’île de Quiberon, à une quinzaine de mile, et de nombreux îlots et rochers qui rendent ce passage très dangereux. Le vent y souffle en permanence et le phare délimitant le passage ne porte pas par hasard le nom de Teignouse.
Plus à droite, le rocher de Beg er Vachif virera peut-être au rouge quand vous passerez devant (si on est gentil, dit la légende). Mais une chose est sûre, si vous aimez la nature, Houat ne vous décevra pas.

Houat est un véritable havre de paix où la mer, le littoral et la lande rivalisent de beauté.
Houat est un véritable havre de paix où la mer, le littoral et la lande rivalisent de beauté.

C’est encore un lieu épargné avec des plages de matin du monde. De longues étendues sauvages où viennent s’épuiser des vagues crêtées d’écume, d’un bleu limpide. Idéal pour se ressourcer et marcher en paix !

Texte et Photos : Brigitte Postel